Partagez | .
 

 Le Bestiaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Messages : 95
Date d'inscription : 21/07/2014

Feuille de personnage
Origine : Chaos
Armes et Pouvoirs: ///
Autres :
Arbre de Paix
Arbre de Paix
MessageSujet: Le Bestiaire   Dim 16 Nov - 18:30


Vous trouverez ici le bestiaire de Mëssyath, classé géographiquement.

Ces créatures sont donc utilisables en Roleplay.
Vous pouvez bien sûr proposer les vôtres, par Mp aux admins (une image et une petite description), qui les rajouteront ensuite. Notez qu'ils se réservent le droit de les modifier légèrement ou de les adapter si besoin est.

Si vous voulez plus de précisions sur une créature en particulier, n'hésitez pas à nous envoyer un Mp, nous nous ferons un plaisir de vous donner les détails voulus.



« Bourgeon, fleur, arbre...

Je veille sur vous. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://messyath.forumactif.org

Messages : 95
Date d'inscription : 21/07/2014

Feuille de personnage
Origine : Chaos
Armes et Pouvoirs: ///
Autres :
Arbre de Paix
Arbre de Paix
MessageSujet: Re: Le Bestiaire   Dim 16 Nov - 18:49


Terres Médianes


Coeur du Monde

Sékamin
Ce petit animal est d'un naturel extrêmement curieux, n'hésitant pas à se rapprocher des voyageurs et même à fouiller dans leurs affaires. Ses deux antennes lumineuses lui permettent d'y voir de nuit. Lors de sa période de reproduction, il les dresse fièrement vers le ciel, ainsi que sa queue, et il gonfle sa fourrure pour séduire son ou sa partenaire - les femelles agissent de même. Il n'est absolument pas dangereux, sauf si lui ou l'un de ses congénères est attaqué.

Faänal
Ce petit esprit des fleurs aime observer les choses à distance et vit dans de petits terriers qu'il creuse lui-même. Il est parfaitement pacifique, sauf si quelqu'un détruit en trop grand nombre les fleurs auxquelles il est attaché. A ce moment-là, sa tête vire au noir, et il n'aura de cesse de s'en prendre au coupable. Pour l'apaiser, il faut replanter un nombre de fleurs égal à celles qui sont mortes.


Fleuves

Plynthe
Excellent coureur, le plynthe est toutefois davantage un pêcheur qu'un chasseur, et ne s'écarte que peu de l'eau, qu'il s'agisse de ruisseaux, rivières ou fleuves. Il vivait autrefois au niveau du lac également, mais les Dragonniens l'ont chassé, car il volait leur nourriture. Les Haut-Elfes ont essayé d'en faire des montures, mais, trop farouches, ils n'ont jamais accepté de les porter sur leur dos. Les plynthes vivent en couple jusqu'à leur mort, sur un large territoire qu'ils défendent avec hargne si un autre membre de leur race y vient. Leurs petits restent avec eux pendant plusieurs années avant de partir trouver leur partenaire et leur territoire.

Numya
D'un caractère placide, ils migrent entre les pâturages des plaines et les fleuves. Ils profitent de leur poids pour marcher au fond de l'eau et brouter les algues lors des périodes chaudes, pour échapper aux températures élevées. Le reste du temps, ils se nourrissent d'herbe et se déplacent lentement, n'abandonnant un lieu de pâture que lorsqu'ils ont mangé à peu près tout ce qu'ils pouvaient. Ils sont souvent utilisés comme animaux de trait, en dépit de leur caractère buté.

Rokën
Bien que piètres plongeurs, les rokëns sont des prédateurs redoutables à la surface de l'eau. Leurs couleurs vives leur interdisent à priori tout camouflage, mais leur ventre blanc n'attire pas l'attention des animaux sous-marins, et leur dos coloré attirent parfois les oiseaux, pour leur plus grand plaisir. Etant des animaux à sang-froid, ils doivent passer de longues heures hors de l'eau, au soleil, au cours desquelles ils sont vulnérables, engourdis qu'ils le sont par la chaleur. En outre, ils sont aussi agiles dans l'eau que patauds sur la terre.

Néphéa
Nageant généralement près de la surface, les néphéas repèrent le moindre mouvement grâce à leur oeil surdimensionné. Leurs tentacules sécrètent un poison qui paralyse leurs proies, avant de les entourer et de leur insuffler un second poison, qui décompose leurs chairs et permet à ce poisson de les ingérer à travers ses tentacules. Il lui arrive souvent de se fixer sous un rokën, décomposant légèrement ses écailles pour y accrocher ses tentacules : il profite alors des restes du repas du reptile, sans avoir à se fatiguer à chasser. A l'âge adulte, ils mesurent entre 30 et 50 centimètres de long, et leur poison n'est mortel que pour les petits animaux.

Ya'kaan
Les ya'kaan ne vivent que dans les eaux froides de l'Umgall et du Silaïn. Malgré leur apparence redoutable, ils sont nécrophages, bien qu'ils complètent leur alimentation en ingérant nombre d'algues. Ils n'attaquent donc jamais ceux qui s'aventurent dans les fleuves, sauf si ceux-ci s'approchent trop du rocher sur lequel la femelle a accroché ses oeufs. Dans ce cas, cet animal de plusieurs mètres de long se ruera sur l'intrus pour le mettre en pièces. En dehors de la période de reproduction, ils ne sont pas farouches et se laissent approcher, et parfois même caresser.

Thuor
Le thuor est souvent appelé le roi des fleuves, en dépit de sa taille plus que raisonnable : entre 1 et 2 mètres de long. Il vit dans les rochers et se dissimule en leur sein, se créant une tanière confortable en sécrétant une substance moelleuse qui s'accroche aux roches. Mais son titre lui vient de la puissance de sa mâchoire, dont les dents peuvent broyer de la pierre. Lorsqu'il chasse, il se cache dans sa tanière avant de jaillir, rapide comme l'éclair, pour mordre sa proie et l'entourer de son corps afin de l'immobiliser.

Nuiok
Ce poisson ne dépasse pas les 20 centimètres de long et se déplace en banc. Le sang l'attire, et il se précipite droit vers lui lorsqu'il le sent, sans réfléchir. C'est généralement ainsi que les pêcheurs les attrapent, en les attirant avec un appât sanglant pour qu'ils se jettent d'eux-mêmes dans leurs filets. Toutefois, ils peuvent devenir très dangereux grâce à leur nombre : ils entourent leur proie et la harcèlent de tous côtés, lui arrachant des bouchées de chair sans même attendre de l'avoir tuée.



« Bourgeon, fleur, arbre...

Je veille sur vous. »



Dernière édition par Mëssyath le Sam 14 Fév - 15:52, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://messyath.forumactif.org

Messages : 95
Date d'inscription : 21/07/2014

Feuille de personnage
Origine : Chaos
Armes et Pouvoirs: ///
Autres :
Arbre de Paix
Arbre de Paix
MessageSujet: Re: Le Bestiaire   Dim 16 Nov - 18:55


Terres Septentrionales


Toundra boréale

Ohnotya
Les ohnotya vivent en troupeaux, dirigés par un mâle dominant, repérable à sa puissante corne. La femelle ne dispose que d'une petite corne droite et, chaque année, le mâle alpha se bat contre tous les autres mâles du troupeau, pour briser leurs cornes et asseoir sa domination. C'est donc sur lui que repose la défense du troupeau face aux prédateurs, car leur corne leur sert d'arme, aussi tranchante qu'une épée, bien qu'ils utilisent également leurs sabots couverts de glace pour se défendre. Ils ne sont pourtant pas agressifs et ont tendance à fuir s'ils se sentent menacés, n'attaquant qu'en dernier recours.

Xaëlyn
Ce félin à la fourrure épaisse se déplace silencieusement sur la neige. Sa couleur lui permet de passer inaperçu, et il compte avant tout sur sa vitesse et les attaques surprises pour venir à bout de ses proies. S'ils chassent seuls pendant toute la journée, ils se regroupent pendant la nuit pour dormir, en groupe d'une quinzaine de xaëlyns environ. Ils reviennent toujours au même endroit, une sorte d'igloo de neige qu'ils réparent dès qu'il est abîmé. C'est également l'endroit où les femelles élèvent leurs petits, pour que leur caractère joueur et enthousiaste n'ennuie pas les chasseurs pendant la journée.

Ehunar
Ces puissantes créatures de trois ou quatre mètres de haut ne restent quasiment jamais au même endroit. Ils se déplacent sans cesse à travers la toundra, attaquant sans hésitation. Il considère tout individu solitaire comme une proie, quelle que soit sa taille ou son espèce, et n'hésite pas à attaquer même des êtres bien plus grands que lui. Les volutes grises sur sa fourrure indiquent l'âge de l'ehunar : plus elles sont épaisses, plus il est âgé.


Chaîne immaculée

Qinx
Cet immense animal, mesurant plus de 4 mètres de long, n'a pas un caractère agressif du tout la majorité de la journée. Il passe la plupart de son temps à se reposer sur des rochers et à lécher ses ailes. Il ne passe qu'une à deux heures par jour à chasser, à l'aube et au crépuscule, mais est d'une efficacité redoutable, fondant sur ses proies et s'envolant avec elles pour les dévorer sur le rocher sur lequel il a élu domicile. C'est pourquoi, lors de ces plages horaires, les Célestes prirent l'habitude de se promener avec de la viande sur eux, pour l'offrir au qinx et éviter de se faire dévorer. Quelques savants pensent que la couleur de ses yeux varie lorsqu'un orage approche, mais leur dangerosité n'a pas permis la moindre étude sur le sujet.

Rhanès
Cousins des qinx, les rhanès sont bien moins sauvages qu'eux. Ils vivent près des habitations et ont développé une relation d'entre-aide avec les Célestes. Ceux-ci déposent pour eux de la viande près de leurs habitations, et les rhanès défendent le territoire autour de celles-ci, pour empêcher d'autres prédateurs de rôder. La question de savoir s'ils sont encore à l'état sauvage ou s'ils sont devenus des animaux domestiques s'est beaucoup posée, mais les Célestes ne s'en préoccupent pas : ils aident les rhanès, et les rhanès les aident, voilà tout. Bien souvent, ils soignent ceux qui ont été blessés, mais ils évitent soigneusement de s'approcher des jeunes, car leurs parents les défendent farouchement.

Ghosner
Animaux ou rochers mouvants ? Les ghosners, vivant dans les endroits les plus élevés et isolés de la Chaîne, ont bien longtemps été un mystère total. Nul ne les avait jamais vus manger, et le seul danger qu'ils représentent est d'écraser quelqu'un lorsqu'ils marchent droit devant eux, sans se soucier de leur environnement. Puis Nézer Komina se rendit compte que chaque ghosner était en réalité une colonie de petits animaux, qu'il nomma ghosnons, cachés sous une carapace de roche, et qu'ils s'étaient agglomérés pour former un être titanesque et être ainsi à l'abri de leurs prédateurs, se nourrissant des minéraux de la roche dans laquelle ils ont élu domicile.

Wyverne de gel
Leurs puissantes griffes permettent aux wyvernes de gel de se déplacer le long des parois, car leurs ailes à l'armature à moitié changée en cristal de gel ne sont plus assez puissantes pour leur permettre de voler réellement, même si elles peuvent encore planer pour descendre d'un endroit. Leur souffle glacé fait naître des pics de glace là où il rencontre de la matière, et leur morsure est extraordinairement puissante. Toutefois, elles ne sont plus qu'une poignée, et les tuer est absolument interdit : elles ont été, beaucoup trop longtemps, chassées et exterminées pour les cristaux de gel dont leur corps est couvert, car ceux-ci, une fois taillés et polis, font des pierres d'un éclat inouï.


Lac aux Diamants

Palnour
Ce coquillage vit en larges bancs, solidement fixés sur les roches du fond du lac. Ouverte la plupart du temps pour que les sédiments dont il se nourrit lui parviennent, sa coquille se referme brutalement dès qu'il se sent menacé. En outre, son corps mou, très prisé en gastronomie, est entouré dans une gelée aux reflets bleus, qui le protège des agressions extérieures. Celle-ci se solidifie rapidement une fois à l'air libre, ce qui rend sa pèche relativement fastidieuse.

Hydre
Bien que vivant quasiment en permanence dans l'eau, cette créature tricéphale n'est pas réellement aquatique. Elle reste sur les bords du lac, là où elle a pied, et se nourrit à la fois de poissons et d'oiseaux qu'elle attrape en étendant ses longs cous vers le ciel. Son corps puissant se déplace avec rapidité dans l'eau, mais il est bien trop lourd pour lui permettre d'être aussi vive sur la terre, c'est pourquoi elle ne sort que pour se reproduire, l'hiver, lorsque le lac est gelé. Elle dépose ses oeufs dans un cratère qu'elle creuse dans la terre du rivage, les abandonnant ensuite à leur sort au dégel.

Akfon
Ce griffon tricolore vit sur les berges du lac, ainsi que sur les petites îles qui s'y trouvent. Il dispose d'un pouvoir de contrôle de l'eau qui l'aide à attraper ses proies. Il passe une bonne partie de l'année à manger pour accumuler des graisses, car une fois l'hiver venu et la surface de l'eau gelée, il ne pourra plus pécher de poissons, sa principale source de nourriture. Il vit donc sur ses réserves, caché dans un nid sphérique qu'il construit pendant sa jeunesse et entretient ensuite soigneusement, jusqu'à ce que les eaux soient à nouveau libres.

Xë'kaan
Cousin du ya'kaan, le xë'kaan est bien plus dangereux que lui. Vivant en couple, il s'en prend à toute créature d'une taille non négligeable qui arrive sur son territoire de chasse - heureusement peu étendu. Le gel ne le dérange pas outre mesure : il guette, sous la glace, les ombres de potentielles proies marchant à la surface du lac, puis s'élance avec assez de force pour briser la surface gelée et entraîner sa victime sous l'eau afin de l'y dévorer calmement. C'est pourquoi tous ceux qui doivent voyager sur le lac se renseignent d'abord sur les territoires de chasse des xë'kaans et les évitent soigneusement.

Nuiok
Ce poisson ne dépasse pas les 20 centimètres de long et se déplace en banc. Le sang l'attire, et il se précipite droit vers lui lorsqu'il le sent, sans réfléchir. C'est généralement ainsi que les pêcheurs les attrapent, en les attirant avec un appât sanglant pour qu'ils se jettent d'eux-mêmes dans leurs filets. Toutefois, ils peuvent devenir très dangereux grâce à leur nombre : ils entourent leur proie et la harcèlent de tous côtés, lui arrachant des bouchées de chair sans même attendre de l'avoir tuée.




« Bourgeon, fleur, arbre...

Je veille sur vous. »



Dernière édition par Mëssyath le Sam 14 Fév - 15:39, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://messyath.forumactif.org

Messages : 95
Date d'inscription : 21/07/2014

Feuille de personnage
Origine : Chaos
Armes et Pouvoirs: ///
Autres :
Arbre de Paix
Arbre de Paix
MessageSujet: Re: Le Bestiaire   Dim 16 Nov - 18:55


Terres Orientales


Marais du Chaos

Eskëren
Ces félins des marais se déplacent et chassent généralement en bande de 3 à 5 individus, composées d’un mâle et ses femelles. On a depuis longtemps pensé que l’apparition qu’ils faisaient dans le dos des voyageurs isolés et de leurs proies était due à leur déplacement particulièrement silencieux, avant de se rendre compte que ceux-ci pouvaient se téléporter sur de très courtes distances. Le savant Patoche le Lunatique a émis une théorie comme quoi se mettre dans un coin empêchait les eskërens de se téléporter dans le dos de leur proie, avant de disparaître mystérieusement dans les marais.

Onsk
Lorsque vous vous déplacez dans les marais, dans les chemins boueux où l’eau saumâtre vous arrive jusqu’aux genoux, prenez garde au moindre remous. Ces centipèdes d’un bon mètre de long ne se déplacent pas uniquement au raz du sol, étant donné qu’ils sont amphibie, et attendent généralement que leurs proies s’enfoncent dans les eaux des marais pour s’enrouler autour et les faire couler pour les tuer.

Réhina
Chasseurs solitaires, ne se retrouvant que pour la période de reproduction, ils ne sortent que de nuit, dormant le jour au milieu des racines et chassant la nuit, généralement, attaquant du petit gibier ou mangeant les restes laissés par d’autres prédateurs plus imposants. Ils ne représentent une menace pour les voyageurs isolés que si ceux-ci sont affaiblis ou blessés. On peut en voir parfois rôder autour des campements, et les jeunes enfants ne sont pas des proies trop imposantes pour eux, ce qui explique qu’ils sont souvent utilisés dans des contes pour mettre en gardes les plus jeunes.

Mavn
Cet arthropode géant, pouvant atteindre un mètre de long, ne fait pas partie des créatures les plus dangereuses du marais, malgré son apparence redoutable. Les piques de sa carapace sont acérées, mais elles lui servent avant tout à se protéger de ses prédateurs. Il n'attaque jamais, étant exclusivement nécrophage, mais se défend avec violence contre ceux qui cherchent à s'en prendre à lui. Il ne fuit jamais devant l'agresseur, c'est pourquoi il est souvent utilisé comme exemple pour illustrer le fait de ne pas savoir cerner ses propres limites.

Yshex
Le corps flasque des yshex leur permet de se glisser partout et de se fondre dans la boue des marais. Ils s'y dissimulent et attendent leurs proies. Gare à l'imprudent qui ne saurait pas repérer leur forme translucide : dès que quelque chose se pose sur eux, ils se referment autour d'elle et la dévorent sans attendre. Les obliger à lâcher ce qu'ils ont attrapé est extrêmement difficile, à cause de l'élasticité de leur corps et les Elfes noirs estiment qu'il est préférable d'amputer immédiatement le membre attrapé, pour éviter que l'yshex ne remonte progressivement le long du corps de sa victime en la dévorant.

Varank
Ce gros ver de deux mètres de long pullule dans les marais, se cachant dans les marécages en ne laissant émerger que ses quatre tentacules, prêts à happer tout ce qui passe à sa portée. Si sa férocité et son appétit sont sans limites, ce n'est pas le cas de son intelligence, sa stratégie consistant uniquement à foncer et attaquer. En outre, ses tentacules sécrètent un poison violent, entraînant une paralysie douloureuse qui permet au varank de se saisir facilement de sa proie.


Bosquet sanctifié

Nyfëi
Les Elfes le considèrent comme une sorte de gardien de la forêt. Peu nombreux, ils ont un vaste territoire qu'ils arpentent seuls, en dehors de la saison des amours. A l'aide des filaments dorés et translucides qu'ils génèrent à partir de leurs bois, ils soignent les plantes qu'ils rencontrent, et obtiennent en retour plusieurs choses : ils mangent les feuilles malades ou trop vieilles, prélèvent une partie du nectar de leurs fleurs - aidant du même coup à la pollenisation - et mangent quelques fruits. Aucun animal de la forêt ne les attaque, pas plus qu'eux ne cherchent querelle à une autre forme de vie.

Palyun
Ce papillon de plus de 30 centimètres d'envergure n'est pas réellement dangereux. Il ne mange que les feuilles de certains arbres, sur les branches desquelles les larves tissent leur chrysalide. Après leur transformation en palyun, les Elfes récupèrent leur chrysalide, qui entre dans la composition de plusieurs baumes de soin, notamment contre les brûlures. En outre, leurs ailes répandent une poudre aux reflets rouges, qui a un effet somnifère : le palyun s'en sert pour endormir ses prédateurs et pouvoir s'enfuir plus facilement.

Narak
La majorité des savants s'accorde pour dire que c'est l'effet néfaste des marais qui ont changé d'inoffensives araignées en monstres pouvant aller jusqu'à 50 centimètres d'envergure, les naraks. Mais ils ne purent jamais se mettre d'accord sur la manière dont cela a eu lieu : sont-ce des araignées du bosquet perverties par la proximité des terres gangrénées par le chaos, ou des araignées issues du marais qui ont migré dans les bois ? Toujours est-il qu'elles s'y trouvent, à présent, et tissent d'immenses toiles entre les arbres, assez solides pour y prendre au piège même de jeunes elfes imprudents, qu'elles ne se gênent pas pour dévorer si personne ne vient les délivrer à temps.


Plaine du Levant

Plynthe
Excellent coureur, le plynthe est toutefois davantage un pêcheur qu'un chasseur, et ne s'écarte que peu de l'eau, qu'il s'agisse de ruisseaux, rivières ou fleuves. Il vivait autrefois au niveau du lac également, mais les Dragonniens l'ont chassé, car il volait leur nourriture. Les Haut-Elfes ont essayé d'en faire des montures, mais, trop farouches, ils n'ont jamais accepté de les porter sur leur dos. Les plynthes vivent en couple jusqu'à leur mort, sur un large territoire qu'ils défendent avec hargne si un autre membre de leur race y vient. Leurs petits restent avec eux pendant plusieurs années avant de partir trouver leur partenaire et leur territoire.

Numya
D'un caractère placide, ils migrent entre les pâturages des plaines et les fleuves. Ils profitent de leur poids pour marcher au fond de l'eau et brouter les algues lors des périodes chaudes, pour échapper aux températures élevées. Le reste du temps, ils se nourrissent d'herbe et se déplacent lentement, n'abandonnant un lieu de pâture que lorsqu'ils ont mangé à peu près tout ce qu'ils pouvaient. Ils sont souvent utilisés comme animaux de trait, en dépit de leur caractère buté.

Gasme
Cette raie vole dans les airs en groupe de deux à cinq individus : un couple accompagné par un, deux ou trois enfants. La manière dont elle parvient à défier les lois de la pesanteur reste un mystère. Elle se nourrit d'insectes au cours de son vol paisible, les attrapant à l'aide de ses longs filaments couverts d'une sécrétion collante. D'un naturel curieux, il n'est pas rare que les gasmes viennent errer autour des campements des Hauts-Elfes ou des voyageurs, et même dans les rues des villes, planant paresseusement au dessus des têtes des passants.

Fuynarr
Cet équidé recouvert de plaques osseuses agrémentées de piques vit en harde d'une quinzaine d'individus. Ils n'ont aucun rapport hiérarchique, et se contentent de se déplacer en groupe pour être moins vulnérables aux prédateurs. Leur armure redoutable les rend extrêmement résistants, mais ils sont, à cause d'elle, de très mauvais nageurs, car son poids les fait couler très facilement. Bien qu'ils soient assez rétifs, il est possible de les dresser en tant que montures - à condition de limer les piques qu'ils ont sur le dos et de ne pas prendre de selle, car ils ne la supportent pas.




« Bourgeon, fleur, arbre...

Je veille sur vous. »



Dernière édition par Mëssyath le Sam 14 Fév - 15:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://messyath.forumactif.org

Messages : 95
Date d'inscription : 21/07/2014

Feuille de personnage
Origine : Chaos
Armes et Pouvoirs: ///
Autres :
Arbre de Paix
Arbre de Paix
MessageSujet: Re: Le Bestiaire   Dim 16 Nov - 18:56


Terres Méridionales


Massif austral

Griffon d'Enyä
Nommé d'après Enyä Nuën, la première personne à avoir réussi à en apprivoiser un, le griffon d'Enyä vit sur les sommets du massif, sans craindre les basses températures grâce à l'alliance de plumes et de poils pour le protéger du froid. De nature solitaire et plutôt farouche, il est toutefois possible de les approcher à force de patience et de douceur. Beaucoup n'utilisent pas son véritable nom et l'appellent "griffon dépressif" ou "griffon suicidaire", en raison de la forme de son bec et de son oeil, et de l'expression que cela lui donne.

Plynthe
Excellent coureur, le plynthe est toutefois davantage un pêcheur qu'un chasseur, et ne s'écarte que peu de l'eau, qu'il s'agisse de ruisseaux, rivières ou fleuves. Il vivait autrefois au niveau du lac également, mais les Dragonniens l'ont chassé, car il volait leur nourriture. Les Haut-Elfes ont essayé d'en faire des montures, mais, trop farouches, ils n'ont jamais accepté de les porter sur leur dos. Les plynthes vivent en couple jusqu'à leur mort, sur un large territoire qu'ils défendent avec hargne si un autre membre de leur race y vient. Leurs petits restent avec eux pendant plusieurs années avant de partir trouver leur partenaire et leur territoire.

Rhanès
Cousins des qinx, les rhanès sont bien moins sauvages qu'eux. Ils vivent près des habitations et ont développé une relation d'entre-aide avec les Célestes. Ceux-ci déposent pour eux de la viande près de leurs habitations, et les rhanès défendent le territoire autour de celles-ci, pour empêcher d'autres prédateurs de rôder. La question de savoir s'ils sont encore à l'état sauvage ou s'ils sont devenus des animaux domestiques s'est beaucoup posée, mais les Célestes ne s'en préoccupent pas : ils aident les rhanès, et les rhanès les aident, voilà tout. Bien souvent, ils soignent ceux qui ont été blessés, mais ils évitent soigneusement de s'approcher des jeunes, car leurs parents les défendent farouchement.


Bois aux Merveilles

Ritnem à collerette
Le nom de ce félin lui vient bien évidemment de la collerette de plumes multicolore qu'il porte autour du cou. Lors de sa parade nuptiale, le mâle la déploie autour de sa tête tout en dansant autour de la femelle. Celle-ci déploie à son tour sa collerette si la séduction l'a touchée, et la garde immobile si le mâle ne l'intéresse pas. Mais ils utilisent aussi leurs jolies plumes pour hypnotiser leurs proies en bougeant leur tête pour faire tourner leur collerette... avant de refermer leurs puissants crocs sur leur victime.

Palyun
Ce papillon de plus de 30 centimètres d'envergure n'est pas réellement dangereux. Il ne mange que les feuilles de certains arbres, sur les branches desquelles les larves tissent leur chrysalide. Après leur transformation en palyun, les Elfes récupèrent leur chrysalide, qui entre dans la composition de plusieurs baumes de soin, notamment contre les brûlures. En outre, leurs ailes répandent une poudre aux reflets rouges, qui a un effet somnifère : le palyun s'en sert pour endormir ses prédateurs et pouvoir s'enfuir plus facilement.

Nyfëi
Les Elfes le considèrent comme une sorte de gardien de la forêt. Peu nombreux, ils ont un vaste territoire qu'ils arpentent seuls, en dehors de la saison des amours. A l'aide des filaments dorés et translucides qu'ils génèrent à partir de leurs bois, ils soignent les plantes qu'ils rencontrent, et obtiennent en retour plusieurs choses : ils mangent les feuilles malades ou trop vieilles, prélèvent une partie du nectar de leurs fleurs - aidant du même coup à la pollenisation - et mangent quelques fruits. Aucun animal de la forêt ne les attaque, pas plus qu'eux ne cherchent querelle à une autre forme de vie.

Nälya
Ce petit lézard vit au niveau des arbustes à baies, se cachant sous leurs feuilles pour échapper à ses prédateurs. Il en existe plusieurs espèces, dont le corps - à l'exception de la queue - est de la couleur des baies dont il se nourrit. Si sa queue possède une autre couleur, c'est qu'elle est toxique, et lui sert à se débarrasser de ceux qui tenteraient de l'attraper, s'ils la mordent. Les ailes qu'il a dans le dos, trop petites pour lui permettre de voler, sont vraisemblablement des vestiges voués à disparaître dans les siècles à venir, car il lui suffit de sauter de tige en tige, ce qu'il fait à la perfection.


Steppes des 4 Vents

Plynthe
Excellent coureur, le plynthe est toutefois davantage un pêcheur qu'un chasseur, et ne s'écarte que peu de l'eau, qu'il s'agisse de ruisseaux, rivières ou fleuves. Il vivait autrefois au niveau du lac également, mais les Dragonniens l'ont chassé, car il volait leur nourriture. Les Haut-Elfes ont essayé d'en faire des montures, mais, trop farouches, ils n'ont jamais accepté de les porter sur leur dos. Les plynthes vivent en couple jusqu'à leur mort, sur un large territoire qu'ils défendent avec hargne si un autre membre de leur race y vient. Leurs petits restent avec eux pendant plusieurs années avant de partir trouver leur partenaire et leur territoire.

Numya
D'un caractère placide, ils migrent entre les pâturages des plaines et les fleuves. Ils profitent de leur poids pour marcher au fond de l'eau et brouter les algues lors des périodes chaudes, pour échapper aux températures élevées. Le reste du temps, ils se nourrissent d'herbe et se déplacent lentement, n'abandonnant un lieu de pâture que lorsqu'ils ont mangé à peu près tout ce qu'ils pouvaient. Ils sont souvent utilisés comme animaux de trait, en dépit de leur caractère buté.

Oganu
Ces ruminants se déplacent en immenses troupeaux à travers la plaine, sans que personne ne sache pourquoi ils estiment nécessaire de changer sans cesse d'endroit. Certains savants estiment qu'ils le font pour ne pas dévaster une zone en s'y nourrissant trop longtemps, vu leur nombre. Ceux qui marchent au premier rang décident de la route du troupeau, et les autres les suivent sans se poser de question. Les oganus vieillissants ou malades, qui ne peuvent suivre le rythme, sont laissés en arrière sans hésitation et sont généralement promptement mis à mort par les prédateurs.

Huknil
Long d'environ 60 centimètres, cet arthropode est aveugle et se sert de ses antennes pour reconnaître le terrain devant lui. Les lignes de sa tête plate changent sur chaque individu, et personne n'a pour l'instant réussi à comprendre ce qui causait ces variations. Les plaques qu'il porte sur le dos sont très résistantes et lui permettent de résister à de grandes pressions, lui évitant de se faire écraser. Se nourrissant de restes trouvés en fouillant la terre, il n'est pas très dangereux, bien que peu apprécié pour les dégâts qu'il peut causer dans les plantations, en dévorant les racines des jeunes plantes.


Mines

Piyokj
Les trois paires d'yeux de ce serpent ont chacune une fonction différente. Si la première est très performante pour distinguer les couleurs, la seconde a une vision thermique et la dernière se focalise sur le mouvement. Fort de ses 18 mètres de long, il règne en maître dans les galeries abandonnées des mines. Il préfère éviter les zones fréquentées par les Dragonniens, mais n'hésite pas à les attaquer lorsqu'il en croise par hasard. Solitaire, il ne cherche même pas la compagnie de ses semblables lors d'une quelconque saison des amours, ne se reproduisant qu'en s'imposant à une femelle lorsqu'ils se croisent par hasard dans les tunnels ; leur longévité est proverbiale.




« Bourgeon, fleur, arbre...

Je veille sur vous. »



Dernière édition par Mëssyath le Sam 14 Fév - 15:29, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://messyath.forumactif.org

Messages : 95
Date d'inscription : 21/07/2014

Feuille de personnage
Origine : Chaos
Armes et Pouvoirs: ///
Autres :
Arbre de Paix
Arbre de Paix
MessageSujet: Re: Le Bestiaire   Dim 16 Nov - 18:56


Terres Occidentales


Forêt onirique

Nyfëi
Les Elfes le considèrent comme une sorte de gardien de la forêt. Peu nombreux, ils ont un vaste territoire qu'ils arpentent seuls, en dehors de la saison des amours. A l'aide des filaments dorés et translucides qu'ils génèrent à partir de leurs bois, ils soignent les plantes qu'ils rencontrent, et obtiennent en retour plusieurs choses : ils mangent les feuilles malades ou trop vieilles, prélèvent une partie du nectar de leurs fleurs - aidant du même coup à la pollenisation - et mangent quelques fruits. Aucun animal de la forêt ne les attaque, pas plus qu'eux ne cherchent querelle à une autre forme de vie.

Palyun
Ce papillon de plus de 30 centimètres d'envergure n'est pas réellement dangereux. Il ne mange que les feuilles de certains arbres, sur les branches desquelles les larves tissent leur chrysalide. Après leur transformation en palyun, les Elfes récupèrent leur chrysalide, qui entre dans la composition de plusieurs baumes de soin, notamment contre les brûlures. En outre, leurs ailes répandent une poudre aux reflets rouges, qui a un effet somnifère : le palyun s'en sert pour endormir ses prédateurs et pouvoir s'enfuir plus facilement.

Lupyan
Les marques lumineuses sur le corps de ce canidé permettent de différencier du premier coup d'oeil les mâles et les femelles. Elles sont vertes sur les premiers et bleues sur les secondes. Leurs couples restent les mêmes tout au long de leur vie, et leurs portées ont très rarement plus de quatre petits. En effet, les jeunes lupyans s'accrochent chacun à l'une des deux longues mèches qui dépassent de la crinière de leurs parents, afin de ne pas se perdre dans les broussailles. Il n'y a donc de place que pour quatre petits.

Crysthère
Grande rivale en terme de chasse des lupyans, qu'elle attaque dès qu'elle en voit, la crysthère possède, elle aussi, des marques lumineuses sur le corps. Mais celles-ci indiquent l'âge de l'individu par leur teinte, du rose pâle pour les nouveaux nés jusqu'au violet le plus sombre pour les individus mourant de vieillesse autour de 40 ans. Les jeunes ont un comportement très agressif jusqu'à 15 ou 20 ans, avant de s'assagir et d'être un peu moins dangereux. Les mâles chassent de jour et les femelles de nuit, afin que leur tanière ne se retrouve jamais sans surveillance. Chaque tanière est généralement occupée par trois ou quatre couples, qui s'y côtoient sans avoir réellement de rapports entre eux.


Vallée du Couchant

Plynthe
Excellent coureur, le plynthe est toutefois davantage un pêcheur qu'un chasseur, et ne s'écarte que peu de l'eau, qu'il s'agisse de ruisseaux, rivières ou fleuves. Il vivait autrefois au niveau du lac également, mais les Dragonniens l'ont chassé, car il volait leur nourriture. Les Haut-Elfes ont essayé d'en faire des montures, mais, trop farouches, ils n'ont jamais accepté de les porter sur leur dos. Les plynthes vivent en couple jusqu'à leur mort, sur un large territoire qu'ils défendent avec hargne si un autre membre de leur race y vient. Leurs petits restent avec eux pendant plusieurs années avant de partir trouver leur partenaire et leur territoire.

Numya
D'un caractère placide, ils migrent entre les pâturages des plaines et les fleuves. Ils profitent de leur poids pour marcher au fond de l'eau et brouter les algues lors des périodes chaudes, pour échapper aux températures élevées. Le reste du temps, ils se nourrissent d'herbe et se déplacent lentement, n'abandonnant un lieu de pâture que lorsqu'ils ont mangé à peu près tout ce qu'ils pouvaient. Ils sont souvent utilisés comme animaux de trait, en dépit de leur caractère buté.

Daypon
Vivant au sein de colonies très peuplées, les daypons se sont progressivement rapprochés, au fil des ans, des zones de culture des Hauts-Elfes, pour profiter d'une relative protection contre les prédateurs. Ils se sont assez habitués à leur proximité pour les laisser récupérer une partie de leurs oeufs avant la fécondation de ceux-ci, et attraper certain d'entre eux, soit pour les soigner s'ils sont malades ou blessés, soit pour les manger lorsque l'âge commence à les rattraper. Les mâles disposent d'une queue bien plus colorée et grande que les femelles, et s'en servent lors de leurs parades nuptiales.

Quazyalt
S'il n'a pas une talle extraordinaire - deux ou trois mètres de longueur au maximum - ce reptile n'en reste pas moins un chasseur émérite. Il se sert de ses ailes pour grimper sur des arbres, des rochers ou toute autre hauteur. Il guette ensuite ses proies, et se laisse tomber sur elles lorsqu'elles passent à proximité. Son corps se couvre d'éclairs afin de les paralyser, et il les entoure alors de ses anneaux pour remonter avec elles sur son poste de guet et les dévorer sans être dérangé. S'il les rate lorsqu'il leur saute dessus, il ne demande pas son reste et s'envole pour se mettre à nouveau à l'abri et attendre une prochaine occasion.




« Bourgeon, fleur, arbre...

Je veille sur vous. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://messyath.forumactif.org
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Le Bestiaire   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le Bestiaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Bestiaire
» Bestiaire fantastique
» ~ Le Bestiaire ~
» Page 2 ¤ Le Bestiaire de Oo-Spn
» Le Bestiaire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mëssyath :: Prologue :: Encyclopédie :: Livre d'histoire-